#Voile

Thomas Coville à son tour au cap Horn ! Arkea Ultim Challenge Brest

Troisième de l’Arkea Ultim Challenge-Brest, Thomas Coville a franchi la longitude du cap Horn, troisième et dernier cap mythique des tours du monde à la voile d’ouest en est, dans la nuit de dimanche à lundi, à 01h40. Parti le 7 janvier de Brest, le skipper de Sodebo Ultim 3 aura mis 35 jours 12 heures et 10 minutes pour retrouver l’Atlantique Sud, il aura passé 22 jours dans le Grand Sud entre les caps de Bonne-Espérance et le Horn, dont une escale technique d’un peu plus de deux jours à Hobart (Tasmanie). Place désormais au dernier grand tronçon de la course autour du monde en solitaire avec la remontée de l’Atlantique jusqu’à Brest.

Le « cap de Bonne Délivrance »

Passé au cap de Bonne-Espérance après 13 jours et 13 heures de mer, au cap Leeuwin au bout de 21 jours et 12 heures, Thomas Coville aura donc mis 35 jours et 12 heures pour arrondir le cap Horn, synonyme de sortie de l’océan Pacifique, qu’il qualifie « d’océan papier de verre » parce qu’il use marins et bateaux. « J’ai longé la Patagonie toute la nuit dernière et ce matin, il y avait trop de nuages pour que je puisse apercevoir les montagnes enneigées, me voilà maintenant au cap Horn, la pointe extrême de l’Amérique du Sud, la Terre de Feu. C’est un endroit assez fantastique, pour moi le plus fascinant de la planète en tant que marin, a-t-il raconté dans une note vocale envoyée à son équipe. Je l’ai passé plusieurs fois, en solitaire, en équipage, en multicoque, en monocoque, certains disaient qu’on avait le droit à une boucle d’oreille, j‘aurais l’air malin avec dix boucles d’oreille ! »

Et le skipper de Sodebo Ultim 3 d’ajouter, à propos de ce passage symbolique, toujours très attendu des « tourdumondistes » : « Que ce soit en compétition ou en record, en équipage ou en solitaire, c’est forcément très fort. Vous avez fait beaucoup d’est depuis des semaines et des semaines, et là, vous commencez à remonter vers le nord. C’est un virage à 90 degrés, qu’on ne passe pas souvent, je l’ai souvent surnommé le « cap de Bonne Délivrance ». C’est un soulagement de rentrer maintenant dans des zones où il y a un peu plus de trafic, c’est un peu moins la panique que quand on est loin de tout. On retrouve des endroits plus « classiques », qu’on connaît mieux. »

Crédit photo : Vincent Curutchet – Team Sodebo 

Un Grand Sud marquant

Le Grand Sud est désormais dans le sillage de Sodebo Ultim 3 qui n’aura guère été épargné par les océans australs, avec des conditions de vent et de mer difficiles, des soucis techniques et une escale de 50 heures à Hobart pour réparer (système de descente de foil, balcon et filet avant arrachés…). Autant d’événements qui font dire à Thomas Coville : « Le passage du Horn, c’est aussi le moment de regarder comment on a réagi à tous ces faits de course et à ces rebondissements. J’ai réussi à le faire, mais pas tout seul, grâce à une équipe et des gens qui m’ont soutenu et m’ont dit qu’on allait trouver des solutions. Ce qui a été le cas, ces petites victoires sont de grandes victoires, parce que ça a demandé beaucoup d’engagement physique, technique et collectif pour rester dans la course. Aujourd’hui, je peux m’autoriser à me dire que je suis un bon marin, je repasse le cap Horn en ayant vécu quelque chose de complètement différent par rapport aux fois précédentes. »

Une compétition Atlantique

Thomas Coville et son équipe de routage sont désormais tournés vers la remontée de l’Atlantique Sud, souvent très complexe en raison d’une météo particulièrement instable le long de l’Amérique du Sud. Le skipper de Sodebo Ultim 3 fait désormais route « dans le bon sens », cap vers le nord et Brest. Il a une motivation supplémentaire pour faire avancer son bateau le plus vite possible : celle d’avoir dans son viseur Armel Le Cléac’h, qui a franchi le Horn une vingtaine d’heures avant lui, dimanche matin.

« J’avais envie de cette course et de cette compétition, je voulais être en confrontation, et non plus en record, et là, je me retrouve avec Armel Le Cléac’h, qui est entre 250 et 450 milles devant moi. On a fait tout le Pacifique en se tirant la bourre, c’est un privilège et une vraie satisfaction de me bagarrer avec Armel, vainqueur du Vendée Globe (2016). J’apprécie et je respecte tous les coureurs, mais Armel est pour moi une référence. On est un peu dans la même course, avec nos déboires techniques qui nous ont coupé les ailes sportivement à plusieurs moments, mais avec aussi la hargne et l’envie d’en découdre. »

Crédit photo : Martin Keruzoré 

Sodebo, la liberté a du bon !