#Transat Jacques Vabre

Escale technique express, Sodebo Ultim 3 de retour en course !

Ce matin à 6h, après une intervention express de l’équipe technique du Team Sodebo, Thomas Coville et Thomas Rouxel sont repartis de Madère pour reprendre la Transat Jacques Vabre en mode course vers la Martinique.

Après son avarie de foil survenue dans la nuit de mercredi à jeudi, Sodebo Ultim 3 s’est dirigé vers Funchal à Madère, point de rendez-vous avec son équipe technique, arrivée sur place à 0h30 dans la nuit de jeudi à vendredi. En quelques heures, les cinq membres du Team Sodebo sont parvenus à effectuer une réparation express qui a permis à Thomas Coville et Thomas Rouxel de reprendre la mer à 6h ce vendredi matin. Même s’ils ne repartent pas à 100% de la capacité de Sodebo Ultim 3, dont le foil tribord reste endommagé, les deux skippers sont de retour en course, avec une forte motivation et en se disant que tout est possible alors qu’il reste 6 500 milles à parcourir jusqu’à Fort-de-France.

Les explications de Thomas Rouxel au moment de reprendre la mer :

« Dans la nuit de mercredi et jeudi, on était en train de naviguer dans un vent très instable en bâbord amure, Thomas était à la bannette, moi en train de retourner à la barre, on a alors heurté violemment un OFNI, c’était tellement violent que je me suis retrouvé projeté vers l’avant du bateau, j’ai tapé un peu partout, une manivelle de winch, l’écran de l’ordi… Je pensais qu’on avait tapé un bateau et qu’on allait sortir de là l’étrave cassée, on a fait le tour de Sodebo Ultim 3, on a vu que le foil tribord était endommagé. On s’est alors lancés dans une mission pour essayer de continuer à naviguer, on ne savait pas alors si c’était juste pour rejoindre un port et réparer ou pour continuer la course. On a bricolé une douzaine d’heures, on n’a pas réussi à faire ce qu’on voulait, du coup, on s’est retrouvés à Madère avec l’équipe technique qui atterrissait à 0h30. Ils sont montés à bord dès qu’ils sont arrivés, et en deux heures, ils ont réussi à nous remettre le bateau en état. On est en train de quitter la baie de Funchal pour repasser par le way-point où nous avons mis en stand-by la course et repartir à l’assaut de la Martinique. Je me sens un peu comme un boxeur le lendemain d’un combat, j’ai quelques hématomes, mais ce n’est pas très grave, ça va se diluer avec le temps et ça ne m’empêche pas de naviguer de nouveau, je suis très content de repartir. Même si l’enjeu compétitif sera moindre, on va prendre beaucoup de plaisir en mer et on va continuer à progresser sur le bateau. Et on ne sait jamais ce qu’il peut se passer sur la course, donc tout le temps à fond pour rejoindre la Martinique ! »

Sodebo, la liberté a du bon !