#Voile

« Box box » à Hobart ! Arkea Ultim Challenge Brest

Aujourd’hui aux premières lueurs de la journée (heure locale), Sodebo Ultim 3 est arrivé à Hobart (Tasmanie) pour effectuer une escale technique et réparer l’avarie au niveau du balcon avant : un choix réfléchi afin d’assurer la sécurité de Thomas Coville pour continuer sa course autour du monde.

Depuis l’arrivée du trimaran, l’équipe technique présente en Tasmanie est à pied d’œuvre pour remettre Sodebo Ultim 3 au maximum de son potentiel avant de repartir sur l’Océan Pacifique et la seconde moitié du parcours de ce tour du monde.

Un peu comme en F1, le pilote fait un arrêt au stand pour repartir encore plus fort !

🗣️ La réaction de Thomas à Hobart : « En rentrant dans la baie d’Hobart, j’ai réalisé que notre Tour Du Monde en solo de l’Arkea Ultim Challenge Brest prenait une autre tournure. On passe dans ce qui serait plus de l’aventure, avec cette escale improbable à l’autre bout du monde. L’émotion de retrouver une partie de mon équipe était énorme.

En sécurité, ce n’était plus viable. On a un balcon avant qui s’était désolidarisé de la coque et qui faisait que le filet avant n’était plus navigable. C’est vraiment ce qui m’a fait prendre la décision de m’arrêter. Au-delà de la performance, de la réparation des foils que j’avais réussi à faire, cette notion de sécurité, elle est trop importante pour qu’on la mette de côté. On va essayer de mettre à profit ce temps pour remettre le bateau en ordre dans ses moindres détails et de le checker pour la deuxième moitié du tour du monde.

Il y a plein de sports mécaniques où l’arrêt au stand, comme en F1, le « box box » fait partie de la course et de la stratégie. C’est créer une opportunité qu’on reparte pour cette deuxième moitié de course, parce qu’on sait maintenant que ça va se jouer sur la fiabilité.

C’est sûr que je préférerais être au large à débouler à 35 noeuds, le compétiteur est là. Mais il est aussi là pour s’adapter et rebondir. C’est tout sauf baisser les bras pour moi cette escale ! »

Sodebo, la liberté a du bon !