Le bien-être animal notre démarche d'amélioration continue

 

Le bien-être animal est une préoccupation pour Sodebo et nous sommes, à ce titre, engagés aussi dans une démarche d’amélioration continue sur ce sujet.

– Nous collaborons avec le CIWF depuis 2017. ONG qui promeut les pratiques d’élevage respectueuses du bien-être animal et œuvre pour des alternatives à l’élevage industriel, y compris pour les poissons sauvages pêchés en mer et l’aquaculture. CIWF France met également en avant les liens qui existent entre le bien-être animal, la santé publique, la sécurité alimentaire et l’environnement. Nous sommes engagés à leur côté pour participer à des groupes de travail autour du bien-être animal.

– Depuis 2018, Sodebo est l’un des fondateurs de l’association La Note Globale qui met autour de la table les acteurs de l’ensemble de la filière (agriculteurs, industriels, distributeurs, associations, consommateurs, experts…) pour accélérer le progrès collectif autour des 6 grands enjeux sociétaux dont le bien-être animal.

– Nous travaillons quotidiennement avec nos fournisseurs sur ce sujet et prenons à leur côté des engagements forts :

    • Pour nos œufs, nous sommes engagés à nous approvisionner à 100% en œufsissus de poules élevées hors cage  d’ici 2023. (Nous sommes passés de 0 à 60% en 3 ans).
    • Spécifiquement sur le poulet, Sodebo a signé le BetterChickenCommitment en novembre 2019. Ce référentiel, écrit et validé par plus de 30 ONG Européennes (dont L214), va permettre de faire évoluer les conditions d’élevage des poulets de manière importante d’ici 2026 (date limite accordée aux industriels pour le respect de ses critères).
    • Nos équipes sont formées afin de leur permettre d’évaluer au mieux le respect des conditions d’élevage et de respect du bien-être animal lors de leurs audits terrain.
    • Dans le cadre de nos démarches filières et afin de renforcer les contrôles, nous avons mis en place un programme de vérification des élevages et des abattoirs. Plus de 30 audits ont été réalisés par nos équipes qualité et achats depuis 2018 chez nos fournisseurs, sur le terrain. Une trentaine de critères sont systématiquement vérifiés, en rapport direct avec le bien-être animal, aux étapes d’élevage, de transport et à l’abattoir. Ces critères s’appuient sur les 5 grands principes fondamentaux de bientraitance animale à savoir :

– absence de faim, de soif et de malnutrition : nous vérifions que les animaux ont accès à l’eau, à une nourriture en quantité appropriée et correspondant à leurs besoins ;

– absence de peur et de détresse : nous vérifions que les conditions d’élevage n’induisent pas de souffrances psychiques (comportements des animaux) ;

– absence de stress physique et/ou thermique : nous vérifions les densités d’élevage, les matériaux, la bonne gestion des températures. L’animal doit disposer d’un certain confort physique.

– absence de douleur, de lésions et de maladie : nous vérifions la prise en charge de la douleur, la médication et la qualité de l’étourdissement avant abattage. L’animal ne doit pas subir de mauvais traitements pouvant lui faire mal ou le blesser et il doit être soigné rapidement en cas de blessure ou de maladie.

– liberté d’expression d’un comportement normal de son espèce : nous vérifions que les conditions d’élevages sont adaptées à son espèce (qui permettent le jeu et l’exploration par des matériaux adaptés et à disposition). Ils doivent être en groupe.

 

Au-delà du sujet du bien-être animal, Sodebo s’engage pour la transition alimentaire.

L’objectif est d’arriver à un modèle vertueux qui permette de nourrir chacun, sans exclusion, avec une alimentation source de plaisirgarantissant la santé pour tous, respectueuse des hommes, des animaux et de l’environnement.

Une transition s’opère par des avancées progressives sur tous les sujets à la fois car ils sont tous interdépendants. Alors peut-être que certains trouvent que nous n’allons pas assez vite sur certaines problématiques mais nous avons aussi une double responsabilité vis-à-vis des consommateurs et des producteurs agricoles.

Vis-à-vis des consommateursne pas générer une forte inflation des prix des produits alimentaires qui dans le contexte de crise actuel serait catastrophique pour les foyers les plus modestes.

Vis-à-vis des agriculteurs : ne pas leur imposer des changements trop rapides qu’ils ne pourraient pas financer, ce qui provoquerait un risque majeur de disparition de nombreuses exploitations.

La transition alimentaire est un équilibre complexe à trouver, ensemble, et c’est ce à quoi nous travaillons au quotidien !

Sodebo, la liberté a du bon !