2016- TOUR DU MONDE

40ème jour de solitude
Ligne droite et vitesse pure dans les alizés pour Thomas Coville qui devrait franchir l’équateur dans la nuit de samedi à dimanche avec environ 6 jours d’avance sur le record du tour du monde à la voile en solitaire.

En mer depuis 40 jours et il a déjà parcouru 22 500 milles (environ 42 000 kilomètres). La ligne d’arrivée située à Ouessant au large de Brest n’est plus qu’à 4300 milles (environ 8000 kilomètres) devant lui, en ligne droite.

Actuellement positionné au nord du Brésil (par 16° sud), Thomas Coville a touché cette nuit un alizé stable et bien orienté qui va l’emmener rapidement et sans doute d’un seul bord (sans virement de bord) jusqu’à l’Equateur. Ce sera ensuite la remontée de l’Atlantique nord, le dernier océan du tour du monde à la voile avant Brest et la ligne d’arrivée des tours du monde en multicoque, qu'il doit franchir avant le 3 janvier 2017 à 04 heures 22 min et 57 sec pour battre le record de vitesse en solitaire. Le marin mesure l’engagement physique et mental qui l’attend jusqu’au dernier mille, un engagement au-delà de ce que l’imagination d’un terrien peut envisager.

Le skipper de Sodebo Ultim’ conforte actuellement son avance sur le temps du record de vitesse autour du monde en solitaire établi par Francis Joyon le 20 janvier 2008, un temps qui n’a encore jamais été battu. Avec 1600 milles - soit 6 jours - d’avance aujourd’hui sur le tableau de marche de Francis Joyon, Thomas Coville devrait franchir l’équateur dans la nuit de samedi à dimanche matin avec, si c’est le cas, un nouveau record entre l’Equateur "aller" et l’Equateur "retour" (pour mémoire le temps de référence d’Idec en 2008 était de 41j 9h 14min). Ce sera aussi un nouveau temps de référence entre Ouessant et le deuxième passage de l’Equateur (Idec en 48j 2h 18m).

La cellule de routage installée à terre pour suivre Thomas jour et nuit depuis le 6 novembre dernier, scrute la météo qui prend forme sur l’Atlantique nord. L’équipe de Jean-Luc Nélias qui dirige la cellule météo, surveille les mouvements du fameux anticyclone des Açores et suit avec attention le chapelet de dépressions hivernales.
L’arrivée de Sodebo Ultim’ à Brest est prévue entre Noël et le 31 décembre.